Bonjour à toutes & tous.


Ce qu'il peut être parfois difficile et laborieux de devoir se poser 5 minutes et prendre le temps de regarder en arrière, vers une période déjà lointaine pour vous parler d'une consodroid aujourd'hui hélas complètement dépassée... 

Car oui, c'est aussi cela la vie à Open-Consoles, parler d'un appareil presque sur un ton "retro" alors qu'il n'est tout de même pas si vieux que ça.


Mais le temps passe, fait son oeuvre et d'autres modèles ont fait leur apparition depuis, plus performants, plus rapides, plus puissants.

Bref,

Après ces premières phrases pleines d'entrain, de motivation et de courage, explorons donc ensemble la galaxie Juyou (firme principalement composée d'anciens employés de chez Dingoo Digital) et ses consoles certes aux finitions impeccables mais assez atypiques dont la G500 fait partie sans déroger à la règle. 



Elle est belle et la prise en main est excellente, l'extérieur est donc réussi, que nous réserve l'intérieur?...


nb: Je ne l'ai pas précisé dans la photo mais il y a 2 hauts parleurs en façade en bas à gauche et à droite.
Le d-pad est monobloc et le stick analogique est un slider.
Les boutons sur la tranche de l'appareil ne sont pas les mieux placés mais ils ont au moins le mérite d'être là.


Le dos de la console avec son APN arrière et le logo "miroir" qui en jette!


Tranche inférieure complète.


Tranche inférieure capot gauche.


Tranche inférieure capot droit.


Le capot sur la tranche supérieure de la consodroid nous donne accès à 2 prises, un micro-USB et une mini-HDMI.


Tranche supérieure côté droit.


L'allumage prends très exactement 1 minute.


L'écran d’accueil me prends systématiquement au moins 8 à 10 tentatives infructueuses avant de parvenir à le débloquer... 
La piètre qualité et le mauvais calibrage de l'écran tactile y sont pour beaucoup.


Dans le Game-Center on trouve les émulateurs pré-installés qui permettent de jouer directement mais pas de bios inclus et une seule rom par émulateur, oubliez donc la GBA et autre PS1, vous devrez passer par des recherches, téléchargements et installations avant de pouvoir y jouer.

Il n'y a aucun jeu Android de pré-installé et on notera aussi l'absence d'un véritable outil de mappage intégré.

Vous trouverez donc pêle-mêle:

NESoid pour la NES
GBCoid pour la GBC
SNesoid pour la SNES
fpsece pour la PSX
Gearoid pour la GG
??? pour la MD
??? pour la GBA


Oui, on est bien de retour dans le passé...

La première chose que l'on peut dire d'elle est de mettre tout de suite l'accent sur la qualité des matériaux et de l'assemblage qui sont étonnants quand on a eu plusieurs machines Chinoises de ce type entre les mains.

Ça brille, c'est beau, c'est propre, c'est solide.

Est ce que cela justifie pour autant son prix très élevé pour cette gamme de produit?... 
La réponse se trouvera peut être un peu plus bas, continuons.

L'emballage est carrément classe, on a droit à une boite en carton de qualité très solide et épaisse, tout ce qu'il y a de mieux finie avec de très jolis marquages en relief brillants.



Note: il n'existe pas de modèle noir ou bleu et encore moins de 8go ou de 32 go, c'est juste pour la frime! ;)


Dotée de 2 tiroirs, un premier assez fin pour la console et le second plus épais pour les câbles et accessoires qui ne sont pas en reste, voyez plutôt:
Écouteurs, câble HDMI, câble USB et Wipe estampillés du logo de la marque, l'ensemble est vraiment complet et de qualité.

On est pas encore au cœur de ce qui nous préoccupe mais c'est un sans-fautes pour l'instant, bon présage?...

Pour précision, le dos de la boite de la G500 fait apparaître sur la totalité de sa surface les logos: triangle, croix, carré et rond, c'est dire d'où vient l’inspiration, c'est presque une déclaration d'amour!


La console que j'ai choisi afin de pouvoir prêter la comparaison est une PSP car à bien des égards elle m'y a fait pensé. 
Le comparatif peut paraître étonnant mais en la prenant en main on retrouve tout de suite l'épaisseur de la PSP, (pas le modèle slim quand même) le slider (légèrement plus résistif que sur la PSP) ou encore le d-pad qui sont encore une fois exactement les mêmes.

La taille de la Juyou dépasse toutefois de loin celle de la PSP en longueur et en largeur, le poids de celle ci est également plus important, ce qui n'a rien d'étonnant.

Mais nous arrêterons là mise en parallèle de ces 2 produits car il n'y aura hélas rien à en dire de plus, elles restent fondamentalement différentes bien sur. 

Le prix se situe autour des 180,00€ sur le site Aliexpress aujourd'hui mais je me souviens avoir commandé la mienne pour beaucoup plus cher à l'époque  et sans les frais de port, ce qui n'est pas donné, loin de là!

Pour ce qui est des specs, suivez le guide, tout est dedans:





quelques comparaisons...

Cette consodroid rootée d'origine est donc basée sur le noyau complètement obsolète Gingerbread 2.3.4 d'Android et nous allons nous pencher plus avant du côté de l'émulation pour autant que nous le pourrons.

L'écran est un TFT de 800x600, ce qui est bien suffisant en soi pour nos pratiques d'émulation mais à nouveau on est très loin des standards actuels et ça se sent, une fois placé bien en face de lui, si vous le pivotez à peine dans une direction vous n'y verrez plus grand chose!
Détail énervant au possible en utilisation, il vous arrivera très souvent d'appuyer sur un autre onglet que celui que vous visiez.
Il est imprécis et très résistif, il faut vraiment appuyer fort dessus.


J'ai sans doute l'air de ne pas être tendre avec elle mais il faut quand même noter que lors de sa sortie en 2013 on pouvait déjà se procurer des s5110b meilleures marché et déjà plus performantes...

Niveau émulation c'est sans grande surprise, de 8 à 16 bits c'est plutôt cool, de légers problèmes d'affichage ou de ralentissement commencent à se faire sentir dès qu'on s'attaque à plus haut, 64 bits et plus.



Ridge Racer 64 s'en sort plutôt bien, c'est rapide et fluide, il y a bien quelques micro coupures ou le son qui saute très occasionnellement mais ça reste franchement très jouable.



Une de mes références ultimes, SOTN. 8D


Je m'aperçois que je ne l'ai pas précisé mais on peut bien sur faire disparaître le virtual pad sur l'écran.
Bizarrement lorsqu’on map les boutons ils ne correspondent pas du tout à ce qui est indiqué sur la console, par exemple le bouton "A" apparaît sous le nom "Start" et vise-versa et c'est de même pour tous, on dirait presque que c'est totalement aléatoire.
Bon, ça ne gêne en rien le mappage des touches mais c'est plutôt étrange, je n'avais jamais vu ça avant. 


Le fabuleux SOTN en mode Game-Boy... ^^' aucun intérêt.



Ici, juste en bas de l'écran, l'onglet des options identique pour tous les émulateurs.
L'interface est claire et facile à gérer.



Deathsmiles de CAVE, prit au hasard, le jeu est fluide là encore, rien à dire si ce n'est toujours l'impossibilité de mapper les touches de la console par un mapper intégré, dommage pour un appareil de ce type prévu initialement pour jouer.

Je le précise tout de suite, ce n'est pas par flemme mais j'arrêterai là les essais d'émulateurs car c'est une vraie torture!
Je dois m'y reprendre un nombre incalculable de fois ne serait ce que pour sélectionner ce que je veux télécharger et je vous passe ici les problèmes d'incompatibilité ou d'espace insuffisant... (pas de carte disponible sous la main!) la moindre manipulation me prends un temps dingue.

C'est long, fatiguant, énervant et frustrant.

Nous avons donc au final une jolie consodroid, techniquement dépassée -même lors de sa sortie-, chère mais néanmoins capable d'émuler ou de faire tourner des jeux Android -pas trop gourmands- très convenablement. 

Cela dit...

L'écran TFT est à la limite du hors-sujet, la précision est horripilante, les temps de réponse et la réactivité sont juste affligeants.
Pour ma part je m'en tiendrai donc à mes mauvaises premières impressions, hors de question de passer 3 jours là dessus.

L'emballage est certes très beau, la console est clairement magnifique et je n'ai rien trouvé à redire sur les finitions ou sa qualité globale mais la belle boite  et l'extérieur ne justifient pas l'intérieur d'une autre époque ni son prix encore aujourd'hui très exagéré par rapport aux capacités proposées.

Son plus gros défaut pour moi est de loin son écran, l'émulation s'en sort honorablement mais bon sang qu'est ce que je peux dire d'autre, je n'ai jamais autant galéré avec une console, c'est hallucinant!

L'avis "+" du testeur:

J'ai donc finalement opté pour une optimisation totale de cette machine : 


la cale.

Pratique et simple d'utilisation elle sera toujours là quand vous aurez besoin d'elle et saura en toutes circonstances vous dépanner quand une chaise un peu bancale vous gêne par exemple.

Ses dimensions parfaites et harmonieuses sauront remettre vos meubles d'aplomb en un rien de temps.

Tout cela vous fera dire... "Merci Juyou!"... ;)



RankXeroxZ.


Cet Article vous a été proposé par La Team Open-Consoles

Partager cet Article

Share on Google Plus

Articles similaires

Laissez-nous un commentaire

    Commentaire
    Commentaire

6 commentaires :

  1. ça fait un peu chérot la cale mais ça en jette tout de même :0)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut-être mais n'oublies pas que c'est une cale multifonctions! ;)

      Supprimer
  2. T'as oublié les dimensions. C'est juste pour savoir, j'ai une commode à caler ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cherches pas plus loin, les dimensions sont les bonnes, crois moi! XD

      Supprimer
  3. A priori ça cale aussi les armoires normandes :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la pauvre... avec un peu de recul maintenant je m'aperçois qu'on va tous l'appeler"la cale" sur le forum!...

      Supprimer